Une nouvelle atlantide

Sur le Japon, la Libye, la Côte d'Ivoire

PLANETE XXI INTERNATIONAL

Mali – Sénégal – Bénin – Togo – Gabon – Burkina Faso – Maroc – Mauritanie – Niger – Europe……

Le 4 avril 2011

                                                                                        Communiqué de Presse

A propos des actualités dramatiques de la Libye, de la Côte d’Ivoire et du Japon.

 

La défense de populations Libyennes, victimes des agressions d’une dictature totalitaire, comme de toutes les populations de la terre est une obligation à laquelle ne peuvent pas se soustraire les nations du Monde moderne. Ce genre d’action est honorable lorsqu’elle se place au côté d’un peuple insurgé qui se bat pour sa liberté. Dans un monde qui s’affirme civilisé c’est, avant tout, un devoir de solidarité entre les peuples. Il en va de même en ce qui concerne les populations de Côte d’Ivoire victimes innocentes d’appétits politiques prédateurs. Dans un autre ordre d’idées ce devoir de solidarité doit s’exercer également en direction des populations d’un Japon.

 

Passée cette première affirmation le temps d’une réflexion s’impose.

 

Les situations semblent totalement différentes pourtant la crise libyenne et l’intervention de la coalition occidentale, la comédie tragique de la lutte pour le pouvoir en Côte d’Ivoire, les décisions de l’O.N.U., l’origine de la catastrophe qui éprouve lourdement la population japonaise sont les décors d’une tragédie et d’un drame humain sans cesse renouvelés. Leurs causes s’inscrivent toutes dans une actualité qui plonge ses racines dans les réalités passées d’un XX° siècle achevé. Les erreurs de ce siècle hypothèquent l’avenir des nations de l’aube du III° Millénaire !

 

Pour un Japon régulièrement touché par des tremblements de terre meurtriers le choix d’une technologie nucléaire, les dangers loin d’être maîtrisés par les hommes, étaient porteur du drame de « FUKUSHIMA ». Malgré Hiroshima, Nagasaki, Three-Miles-Islands, Tchernobyl, les radiations des cimetières des sous marins nucléaires soviétiques en Mer Baltique, des milliers d’incidents présentés comme mineurs, les décideurs économiques et politiques japonais, comme ceux du reste des nations du Monde industrialisé, ont pris le risque d’un tel drame. Ils voulaient satisfaire les exigences des besoins en énergie des « Molochs » des économies de l’aube du XXI° siècle. Le pays du soleil levant, symbole de vie, s’est laissé enfermer dans la spirale de mort d’un monde soumis aux seules logiques de l’argent de l’ univers prédateur  des systèmes de production et de consommation. Aujourd’hui ses populations, comme celles du reste du Monde, sont en droit de s’interroger sur les bienfaits des choix qui leur ont été imposés. Elles peuvent inviter scientifiques, ingénieur, experts, économistes de tous crins, entreprises liées aux domaines du nucléaire, associés et actionnaires de ces sociétés à la plus grande humilité face à leurs erreurs et à leurs quête permanente de bénéfices substantiels.

 

Malgré l’alibi « angélique » du droit des peuples à disposer d’eux mêmes, les populations de Libye et de Côte d’Ivoire et les spectateurs du monde entier, par média interposés, sont invités à réfléchir de la même façon. Des milliers de martyrs innocents dont le sang coule et nappe l’autel d’une cupidité humaine à peine cachée sont sacrifiés dans une sorte d’indifférence générale. Aujourd’hui, les populations de ces pays ont le droit d’en appeler à une conscience universelle trop souvent muette.

 

En Libye, l’usage d’armes sophistiquées pour soumettre un tyranneau obsolète, régnant sur des tribus éparses, éliminant ses opposants par les armes, à l’origine hier de gestes terroristes meurtriers a quelque chose de malsain. Chaque jour qui s’écoule depuis le début des attaques de la coalition des Etats occidentaux semble être un jour de victoire pour ce chef d’un état inexistant. En Côte d’Ivoire, comme en Libye les gestes de la communauté internationale sous l’égide de l’O.N.U. avec le concours de la France qui s’y réfère ont une bizarre odeur de pétrole ou le goût d’un café mêlé de chocolat. Ces perceptions olfactives ou gustatives sont liées à des relents de corruptions nauséabondes ou a des ambitions politiciennes à peine dissimulées. Leurs victimes propitiatoires  en sont toujours des populations sans défense.

 

Postérieurement aux deux guerres mondiales les nations du Monde, sous l’égide contraignant de superpuissances qui cultivaient « l’équilibre de la terreur » ont voulu se doter d’une morale intangible et universelle. Elles en ont confié la responsabilité à l’O.N.U., cette organisation internationale souvent contestée pour ce qui semble régulièrement être une incapacité récurrente à agir efficacement. Il manque à cette organisation un bras séculier, une forme de « chevalerie » moderne, professionnelle, issue de toutes les nations, la rendant indépendante de tous les groupes de pressions politiques ou économiques. Ces groupes n’ont en fait qu’un seul objectif, le maintien et le développement inflationnistes des spirales d’argent des systèmes pervers de production et de consommation qui ont modelé leur évolution. Aujourd’hui l’avenir des nations du Monde ne peut plus dépendre d’un G7, d’un G8, d’un G20. Il doit être le fruit d’un consensus né du chœur de toutes les nations du Monde. Le rêve de cette « Chevalerie » moderne et de cette O.N.U. de demain, pour accéder à un niveau supérieur de civilisation, doit devenir la représentation effective et réelle de tous les peuples du Monde et de la richesse de leurs différences. Ce « rêve » ne peut être fondée que sur les principes et les gestes concrets d’un Véritable Humanisme Moderne où le représentant le plus humble de l’Humanité reçoit le respect incontournable de sa qualité d’homme.

 

PLANETE XXI INTERNATIONAL

                                                                                    ***Planete21television***


07/04/2011
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres