Une nouvelle atlantide

JE NE SUIS PAS CHARLIE

« PARDONNE-MOI CHARLIE »

 

Je ne suis pas Charlie !

Pardonne-moi, veux-tu !

Je ne défile pas sur les pavés sanglants de la ville de Paris.

Je ne le fais pas non plus sur l’asphalte de Pornic ou des villes de France.

Je veux me souvenir des batailles d’hier et du combat qui vient.

J’aurai aimé y être… mais le temps assassin m’emmène déjà ailleurs.

CHARLIE, je ne suis pas, non plus, ce puissant de la terre, face au mur de la haine, qui clame « Ich been ein BERLINER »et meurt aussi sous une balle assassine. 

Je ne suis pas, non plus, un soir à l’Olympia, auréolé de blanc, ce vieil anarchiste dans sa chemise noire qui gueule désespéré «  Y EN A MARRE, Y EN A MARRE »

Il pleure sa prière « Pt’ét qu’un jour le crucifié lâchera sa croix, ses épines, tout son bazar et viendra gueuler dans nos ruine Y EN A MARRE. »

Il le fera, sans doute, avec ALLAH, JEHOVAH et BOUDDAH.

Je ne suis pas, non plus, avec des « vas t’en guerre » qui versent encore sur nous de nouveaux flots de haine.

Je ne suis pas, non plus, cet enfant innocent égorgé sur les rives de l’Euphrate.

Je ne suis pas, non plus, celui du NIGERIA à la tête tranchée.

Je ne suis pas, non plus, la victime innocente enlevée, vendue et puis violée par des reitres assassins.

Je ne suis pas non plus le soldat d’AGHUELHOCK ou bien de NAMPALA dont le sang vient rougir les sables du désert.

Je ne suis pas, non plus, la cible sans défense, d’un barbare intégriste, traquée à TOMBOUCTOU, DIABI, BAGA, MOSSOUL ou KOBANE.

Je ne suis pas, non plus, le saint défunt d’une mosquée qu’on détruit.

Je ne suis pas, non plus, porteur d’une morale de haine, un lanceur d’anathème.

Je ne suis pas, je ne suis pas, je ne suis pas…

Je prie parfois au chœur de mes églises.

J’y allume une bougie en guise de prière.

Mais, je suis avec toi et avec toutes les victimes de la connerie humaine, avec celles qui teinte du rouge de leur vie supprimée le cours de notre Histoire.

Je veux croire en l’amour, je veux croire en la vie.

Je crois en l’étincelle de joie de notre humanité.

Celle qui brille, parfois, aux yeux de femmes et d’hommes en rêve d’espérance.

Alors je sais, peut être, une vérité fragile.

Ce monde que tu quittes est, parfois, merveilleux.

Je ne suis pas grand-chose, qu’un humble colibri et, pourtant, je veux plus.

Je souhaite voir fleurir les vallées du NIGER et celles du SENEGAL, celles des fleuves d’AFRIQUE et du reste du Monde, sources d’une paix nouvelle.

Alors CHARLIE, là où tu es parti, je t’adresse une prière.

« Avec tous des amis lance des poussières d’étoile sur la bêtise humaine »

Demain, à TOMBOUCTOU, hier ville offensée, sur les bords du NIGER, s’il te plait soit là.

Et de là où tu es, âme compatissante, avec toutes les victimes d’une barbarie immonde, plante un arbre de vie « Celui qui chantera, le soir dans le vent du désert, paix, amitié, solidarité, respect entre les peuples, les sagesses du Monde et toutes les religions, sur une terre arrosée par le sang des martyrs.

 

PLANETE XXI EUROPE B.P. 1125 44210 PORNIC188.JPG

 



09/01/2015
0 Poster un commentaire

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 34 autres membres